Les bases de la photographie
Le triangle d'exposition

Sortir du mode AUTO est impératif lorsque l’on veut évoluer en photographie, et le mieux c’est de le faire dès le début. Rassurez-vous ! Rien n’est perdu si vous avez commencé avec ce mode là, l’essentiel est d’en sortir pour monter d’un cran vers l’excellence. Et pour ce faire, je vous présence la base :

Le Triangle d’Exposition

Photographier, c’est uniquement laisser entrer une certaine quantité de lumière dans votre appareil. Difficile de faire plus simple !
A vous de décider de cette quantité. Beaucoup, normal, ou peu…

Laissez trop de lumière pénétrer et l’image sera surexposée, cramée, autrement dit avec des blancs bien trop présents. À l’inverse, un apport insuffisant de lumière sous-exposera la photo. Elle sera trop sombre. A moins de vouloir un effet artistique particulier, ces 2 cas sont à éviter.

Cet équilibre dans l’apport de lumière est, en photo, la notion d’Exposition dont vous avez déjà du entendre parler.
Exposition du capteur numérique à la lumière (du soleil comme artificiel). C’est la que rentre en jeu le triangle d’exposition :

la Vitesse d’Obturation
l’Ouverture
la Sensibilité

Chacun a son propre rôle mais il faut également prendre en compte qu’ils sont tous trois liés, ayant chacun un impact sur l’autre.

Le réglage du diaphragme

L'ouverture est le diamètre du trou par lequel passe la lumière dans l'objectif.
Ce diamètre est modifiable grâce au diaphragme de l'objectif qui est un élément mécanique fait de lamelles qui bougent en se refermant ou s'ouvrant entre elles. Le diamètre du trou au centre de ses lamelles variera selon la quantité de lumière à faire entrer.

Pour une comparaison plus visuel, le fonctionnement du diaphragme est exactement le même que la pupille de notre œil. A la nuit tombée, la pupille s’agrandit pour mieux voir. En plein soleil, c’est l’inverse, la pupille rétrécit pour ne pas être éblouie.

Concrètement, pour changer ce paramètre, il faut agir sur la focale de votre objectif noté f/xx, soit par la molette de votre appareil, soit par la bague de votre objectif (en tout manuel) réglant le diaphragme.
Il est évident que ceci ne s'applique pas si votre objectif a une focale fixe.

Le triangle d'exposition : L'ouverture

À gauche, le diaphragme est ouvert pour laisser passer beaucoup de lumière. Par exemple la focale est f/2,8.
À droite, le diaphragme est fermé pour laisser passer le moins de lumière possible. Par exemple la focale est f/22.

Vitesse rapide
Le mouvement est figé.

Vitesse lente
Le mouvement est flou.

Le rôle de l'obturateur

L'obturateur permet de laisser entrer la lumière sur une surface sensible pendant une durée donnée. On peut ainsi exposer à la lumière le capteur ou la pellicule qui se trouve à l'intérieur de l'appareil photo. Il est à noter que l'obturateur est généralement mécanique mais que sur les reflex, on trouve deux obturateurs : un mécanique et un électronique.

On l'appelle Temps de pose ou Vitesse d'obturation.

Techniquement, lorsque vous appuyez sur le déclencheur, ça provoque la levée de l’obturateur qui, pour reprendre l'exemple de notre oeil, joue le même rôle que notre paupière : baissé, rien ne rentre, levé, la lumière pénètre dans l’appareil.

L’obturateur reste relevé le temps qu’on lui demande. La plupart du temps une fraction de seconde. Et quand il se baisse, la lumière est bloquée.

La sensibilité

Une question d'ISO

Dans le triangle d'exposition, la sensibilité (ISO) est ce qui contrôle la sensibilité à la lumière de votre capteur numérique (anciennement la pellicule).

Plus le lieu où vous vous trouvez est sombre, moins il y a de lumière disponible. C'est en accroissant la sensibilité du capteur par l’augmentation de la valeur ISO que l'on gagne en visibilité sur la photo finale.
À contrario, plus il y a de lumière moins on a besoin de cette sensibilité, d’où des ISO bas dans de telle conditions. 

Si vous augmentez les ISO, le capteur devient plus sensible à la lumière. Il y a donc besoin de moins de temps pour prendre la photo, ce qui peut être très utile pour obtenir une vitesse d’obturation rapide en milieu sombre et éviter ainsi des flous de tremblements.

ATTENTION ! Il ne faut pas oublier que plus on monte la sensibilité, plus on voit du "bruit" apparaître. Ce bruit numérique, qui ressemble à une multitude de points plus clairs un peu partout, est souvent disgracieux lorsqu'il ne floute pas l'image, sauf si l'on souhaite donner à notre visuel l'apparence d'une photo vieillie.

Iso 1600

Iso 500

D'AUTRES PUBLICATIONS POUR ALLER PLUS LOIN

Les bases de la photographies : L’ouverture
Conseils techniques – photos, Le Blog de Sandrine
Les bases de la photographies : Le triangle d’exposition
Conseils techniques – photos, Le Blog de Sandrine
Les bases de la photographies : La vitesse d’obturation
Conseils techniques – photos, Le Blog de Sandrine
Progresser en photographie lorsqu’on débute
Conseils techniques – photos, Défi Photo, Le Blog de Sandrine