Les mots

La page blanche est là. Vide.
Elle me regarde en me narguant, semblant me demander si j’oserai la salir de mon encre.
Moi qui ne souhaite que la décorer d’une histoire qui fasse rêver ! Ma tête est là. Vide. Aussi vide qu’elle.
Elle qui regorge constamment d’histoires abracadabrantes, d’anecdotes… est soudain comme un puit dont on ne voit pas le fond.
Les mots se seraient-ils coincés au fond de mon cerveau ?
Ou envolés pour une nouvelle liberté ?
N’ont-ils pas compris que leur valeur n’est réelle que lorsqu’ils apparaissent sur cette feuille, donnant vie au récit ?

sandrinegresin.com

© Copyright Sandrine GRESIN. Tous droits réservés

logoSaGlueur-500